se faire payer quand on est musicien

Pour jouer, exigez d’être payé (au moins défrayé)

Partager cet article :

Quand on débute en musique, on veut exister en tant que groupe, faire connaître sa musique hors du cercle d’amis, et on est souvent prêt à jouer gratuitement, tellement on a hâte de sortir du local pour se produire en public. Mais il faut bien prendre en compte plusieurs facteurs :

  • si vous acceptez de jouer pour 0 euro, est-ce vraiment la valeur à laquelle vous évaluez votre musique ? Ne pensez-vous pas qu’elle vaut plus ? Et si elle ne valait pas plus, cela serait-il si intéressant que cela de faire un concert ? Par votre musique, vous donnez quelque chose à votre public – du bonheur, de l’extase, de l’intérêt, que sais-je ? – et il est donc équitable que vous receviez en retour.
  • si vous acceptez de jouer pour 0 euro, que vont penser les musiciens professionnels ? Vous savez, ceux qui perçoivent un cachet, parce qu’ils sont intermittents, par exemple … Si vous n’en connaissez pas, je peux vous dire qu’ils ne voient pas cette pratique d’un bon œil, car cela rend leur travail plus compliqué, et surtout moins rentable : si les salles s’habituent à ne pas payer les musiciens, cela fait baisser les cachets de façon mécanique. Une petite salle ou association qui a le choix entre deux groupes, un gratuit et un payant, fera souvent le choix du gratuit, et le groupe payant, qui a pourtant plus d’expérience et de bagage, devra s’assoir sur un cachet … Imaginez une seconde que vous soyez à leur place (et je sais que vous le voudriez pour la plupart), et que des petits groupes vous passent sans arrêt sous le nez grâce à une concurrence déloyale…

Si vous en êtes à vous demander comment trouver des dates, vous pouvez consulter notre article dédié.

Si cela vous fait réfléchir, prenez donc le temps de lire ce qui suit :

La rémunération des musiciens

Pour tout artiste qui se produit en concert, c’est un sujet qui peut souvent causer des tensions entre les organisateurs et les artistes, surtout pour les groupes amateurs. Voici donc quelques éléments à prendre en compte :

  • Tout d’abord, il est illégal de jouer gratuitement dans la plupart des cas. En effet, seuls les concerts à caractère non commercial peuvent faire l’objet d’une prestation non rémunérée (événement caritatif, association à caractère non lucratif, Enfoirés, Restaus du cœur, ce genre de trucs).
  • Il est important de savoir que la rémunération d’un concert dépend de plusieurs facteurs, tels que la notoriété du groupe, la taille de la salle, la durée du concert, etc. Il est donc difficile de donner un tarif standard.
  • Les organisateurs peuvent proposer différentes formules de rémunération, comme un pourcentage sur la recette, un cachet fixe, ou une combinaison des deux. Il est important de négocier ces termes avec l’organisateur avant de signer un contrat.
  • Il est également important de vérifier si les frais de déplacement et d’hébergement sont pris en charge par l’organisateur. Si ce n’est pas le cas, cela peut avoir un impact important sur les coûts du groupe.
  • Il peut être utile de demander un acompte à l’organisateur avant le concert, afin de couvrir les frais éventuels. Cela peut être particulièrement important pour les groupes amateurs qui ont peu de revenus.
  • Enfin, il est important de se souvenir que le cachet ne doit pas être la seule motivation pour jouer en concert. Les concerts sont une occasion de se faire connaître, de rencontrer de nouveaux fans, et de faire de la promotion pour leur musique. C’est donc important de prendre en compte ces aspects lors de la décision de jouer en concert et de négocier la rémunération.

Se faire défrayer pour un concert est indispensable

Le défraiement est une question importante à prendre en compte pour les musiciens amateurs qui cherchent à faire évoluer leur carrière. En effet, lorsqu’ils sont invités à se produire dans un événement ou une salle, il est souvent nécessaire de prendre en compte les frais qu’ils auront à engager pour se rendre sur place et pour assurer leur prestation.

Le défraiement inclut généralement les frais de transport, d’hébergement, de nourriture et les frais liés à la location ou à la mise à disposition du matériel nécessaire à la prestation. Il est important pour les musiciens amateurs de négocier les conditions de défraiement avant l’événement afin d’éviter les malentendus et les désaccords.

Il est également important de noter que le défraiement peut varier en fonction du type d’événement et de la notoriété du groupe. Par exemple, les musiciens peuvent être invités à se produire dans des bars ou des petites salles sans rémunération, mais avec un défraiement pour leurs frais. En revanche, pour des événements plus importants, il est possible de négocier un cachet en plus du défraiement.

En somme, le défraiement est un élément clé à prendre en compte pour les musiciens amateurs qui cherchent à développer leur carrière. Il est important de négocier les conditions avec les organisateurs avant l’événement pour éviter les malentendus et les désaccords.

A méditer …

Néanmoins, c’est un fait : la plupart des groupes amateurs commencent par des concerts sans cachet, et c’est bien normal, si leur niveau de professionnalisme ne le justifie pas, ou s’ils sont parfaitement inconnus, et ne pourraient trouver de dates payées. Je pense qu’on en est tous passés par là, mais attention, cela ne doit durer qu’un temps !

Si vous n’accordez pas de valeur à votre musique, qui le fera ?

Vous pourriez aimer aussi :

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *